La  consanguinité chez les killies.
Personnellement dans mes débuts je recherchais à mettre du sang neuf  en achetant chez un autre éleveur le même poisson.
Depuis une conférence du KCF où le sujet était la consanguinité ainsi que depuis l’ article ci-dessus je garde mes poissons sur plusieurs générations  . Je maintiens ainsi certaines variétés depuis de nombreuses années sans rencontrer la moindre dégénérescence ( les Fundulopanchax spoorenbergi, les Scriptaphyosemion schmitti... )
Fundulopanchax spoorenbergi
Scriptaphyosemion schmitti

Accueil

Local principal

Local 2

Reproduction

Nourritures

Divers

Généralités sur les killies

Fiches killies

Article écrit par J-F.   A. ( membre du KCF )  Généticien des populations travaillant principalement sur les poissons d’eau douce d’Afrique.

"  Au fil du temps, toujours en ne reproduisant que les lignées saines, on aura éliminé tous les alleles délé­tères.

On voit donc bien ici que le meilleur re­mède aux effets néfastes de la consanguinité réside justement dans l'utilisation intelligente de celle-ci. Bien sûr cette solution n'est pas toujours applicable. Par exemple, on n'imagine pas que les zoos, pour la conservation des grands singes, se privent de faire reproduire une grande proportion d'animaux si difficiles à maintenir et si précieux. Pour les killis en revanche, un tel schéma de sélection est tout à fait réalisable. Cette sélection est même appliquée au moins de manière inconsciente par les amateurs. Qui d'entre nous ne choisirait pas les plus beaux spécimens pour les accoupler ? Se faisant, sans le savoir, on maximise les chances de perdre les allèles délé­tères à la génération suivante. Par contre beaucoup cherchent à acquérir des espèces ou populations qu'ils ont déjà pour introduire du « sang neuf » dans leurs élevages. En faisant cela, ils maximisent tout simplement leurs « chances » d'introduire des allèles dé­létères dans leur élevage. Exactement le contraire de ce qu'ils voulaient.

Si votre souche se porte bien et ne montre pas de problème de dégéné­rescence, surtout n'essayez pas de lutter contre la consanguinité cela n'a aucun intérêt. Dans le cas où votre souche présente certains signes in­quiétants, déformations des nageoires, couleurs aberrantes, petites tailles, croissance lente, faible taux de repro­duction, plusieurs situations peuvent se présenter. Si votre population est assez courante dans le hobby, ne vous fatiguez pas à essayer de la récupérer, laissez là tranquille et procurez-vous en une autre. S'il s'agit d'une popula­tion rare, alors tentez d'établir plu­sieurs lignées et s'il n'est pas trop tard, essayez de purger votre popula­tion de ses allèles délétères qui se sont par hasard retrouvés majoritaires parmi vos poissons  "

Beaucoup de jeunes killiphiles me posent la question sur la consanguinité. Qu’ ils Lisent les quelques lignes ci-dessous extraites   du  "   KILLI  REVUE  "  de janvier / février  2013 et j’ espère les convaincre que ce n’ est pas spécialement un problème. ( L’ article est beaucoup plus long, j’ ai relevé uniquement le passage qui intéresse directement le killiphile.)